La leçon de management du chef des scouts

Louis-Ernest de Maud‘Huy (1857-1921) a été le le premier chef des Scouts de France et député de Moselle après la guerre. C’était aussi un officier, Saint-Cyrien et professeur à l’École supérieure de guerre, un général qui commanda une armée au front en 1915.
Alors qu’il termine de commander son régiment à Belfort en 1912, il laisse par écrit quelques conseils toujours d’actualité.
Respect et politesse

Respecter la personnalité de ses collaborateurs, qui ne seront jamais conformes à l’idéal absolu, s’attacher à employer au mieux leurs qualités et chercher à corriger leurs défauts (qui ne sont souvent que l’exagération d’une qualité).

Être poli en toute circonstance car la grossièreté rabaisse. Si l’impolitesse vis-à-vis d’un supérieur est une faute, elle est de plus une lâcheté vis-à-vis d’un collaborateur.

L’attitude vis-à-vis d’un collaborateur et de l’équipe

Ne jamais faire de reproche à quelqu’un devant ses propres collaborateurs. On le diminue aux yeux de son équipe et on diminue le principe de l’autorité.

Ne jamais douter sans raison de la parole d’un collaborateur. S’il a menti, la sanction devra être d’autant plus sévère qu’on aura montré plus de confiance.

Toujours couvrir son collaborateur quand il a exécuté (ou cru exécuter) un ordre donné.

Inspirer la confiance. Alors, le collaborateur ne craindra pas mais désirera la présence de son manager, notamment dans les moments difficiles.

Pas d’exigence inutile. Mais ce que le manager exige, il doit l’exiger de manière absolue et continue. Il faut à la fois faire comprendre le pourquoi de ces exigences et la nécessité de s’y conformer, pour le bien de l’entreprise comme pour le bien de chacun.

Former ses collaborateurs directs et manager par leur intermédiaire. Si le manager fait leur métier, alors il ne fait pas le sien.

Certes rien de novateur mais des principes pérennes et robustes. Pourquoi ne sont-ils qu’imparfaitement appliqués encore au XXIème siècle ? Pourquoi ne sont-ils pas souvent enseignés dans nos écoles en charge de la formation de nos cadres et managers ?

Pour mieux connaitre Louis de Maud’Huy     

le DPIF appliqué aux managers………….

DPIF, c’est le premier ordre enseigné aux jeunes élèves-gradés (le manager de contact), dans l’armée ou chez les pompiers.
DPIF, c’est une manière très simple de mettre une équipe en marche, chacun possédant les éléments essentiels et suffisants pour savoir où aller.
DPIF, c’est un moyen mnémotechnique tout aussi simple, offrant au donneur d’ordres et à ceux qui les reçoivent un cadre connu, clair, précis et compréhensible par chacun.
DPIF, pour faire avancer (au sens littéral) une équipe, c’est :
                      Direction
                      Point à atteindre
                      Itinéraire
                      Formation

Et pour un manager?

DPIF, pour un manager qui souhaite faire avancer son équipe, ce sera donc :
Direction : dans quelle direction allons –nous ? Quel est l’objectif poursuivi? Donnez du sens à l’action.
Point à atteindre : quel est le premier bond à réaliser ? La prochaine étape à accomplir ? Fixez une limite de bond atteignable et visible par tous.
Itinéraire : quel chemin allons-nous suivre pour atteindre ce point? Répondez au comment.
Formation : quelle organisation allons-nous adopter pour attendre ce point? Définissez la façon dont l’équipe va s’organiser pour mener cette action.

Pas de grandes phrases, pas de développements fumeux. Du concret, du réaliste, du faisable. Voilà ce qu’attendent vos collaborateurs : du sens, un objectif et la manière que vous avez choisi pour l’atteindre, et ce le plus simplement possible, même si l’élaboration de cet ordre « simplissime »  vous a pris un  temps important de réflexion.

Et si tous nos grands managers avaient, au moins en ce domaine, les mêmes qualités que l’on demande à notre jeune caporal ?

La plus grande des immoralités est de faire un métier qu’on ne sait pas

Bienvenue à toutes et à tous sur mon blog Manager demain!.

Ce blog est particulièrement destiné à aider celles et ceux qui vont prendre la responsabilité d’une équipe, d’un service, d’une direction et qui cherchent quelques aides pour bien assurer ces nouvelles fonctions.

Bienvenue également à tous ceux qui sont déjà en poste. Vous souhaitez accroître vos compétences dans le domaine du management. alors, partageons expériences et interrogations.

Comme le rappelait Napoléon « La plus grande des immoralités est de faire un métier qu’on ne sait pas. »

Ensemble, évoquons ce vaste domaine où il s’agit de diriger d’abord et avant tout des personnes. Manager ne s’improvise pas.